accueil
La performance technique au coeur de l'équilibre écologique
Revue de Presse
    ATS
    n°175 - Octobre 2016

    Horticulture et Paysage

    Noues végétalisées : palier l’imperméabilisation des sols
    ATS
    Hors-Série - Juillet 2016

    CHANTIERS DE FRANCE

    AquaTerra Solutions : Géo-alvéoles XXL
    ATS
    n°5869 Mai 2016

    Le moniteur

    Fagots de fibres épuratoires
    ATS
    n°389 Mai 2016

    Paysage actualité

    Fascines en fibres de bois
    ATS
    n°5 - Avril 2016

    SolScope Mag

    Confinement des terres et granulats par géoalvéoles
    ATS
    n°40 - Avril 2016

    Egis contact

    Le parc du Heyritz, nouveau poumon vert de Strasbourg
    ATS
    n°170 –Mars 2016

    Horticulture et Paysage

    Géoalvéoles, la seconde peau des sols
    ATS
    n°118 - Mars 2016

    Matériel & Paysage

    Génie écologique et végétal
    ATS
    n°70 - Mars 2016

    Profession Paysagiste

    Géoalvéoles, la seconde peau des sols
    ATS
    n°69 - Fev 2016

    Profession Paysagiste

    Gabions : structurez le jardin en un temps record
guide
1. Couvertures anti-érosives, pourquoi végétaliser ?

 1. Couvertures anti-érosives, pourquoi végétaliser ?

Depuis l’Antiquité, les hommes connaissent le rôle favorable de la végétation pour la fixation superficielle des sols et la lutte contre l’érosion. Des travaux ont démontré, qu’en interceptant l’énergie des gouttes de pluie avant qu’elles n’atteignent le sol, on supprime les phénomènes d’érosion à leur origine.

Tant que la couverture végétale est continue, qu’il s’agisse de forêts, de savanes, de pâturages ou de talus, les phénomènes d’érosion sont modestes malgré l’agressivité des pluies, la fragilité des sols et le degré de la pente. Lorsque le sol est totalement dénudé comme c’est le cas lors de défrichements ou de terrassements, les pertes en éléments fins sont démultipliées. Il est donc nécessaire de réimplanter rapidement sur un sol mis à nu, une végétation dense qui assurera une fonction de « couverture » et de « stabilisation ».

Les tapis antiérosifs protègent le sol et les éventuelles graines, de l’érosion et d’une déstructuration par la pluie (creusements ou mouvements de terrain), voire par le vent. Ces couvertures favorisent en outre l’infiltration des eaux de ruissellement et maintiennent l’humidité tout en protégeant le sol du vent. En formant un bouclier thermique, elles protègent les semences et jeunes pousses du stress des fortes différences de température entre le jour et la nuit.

Certaines protections antiérosives sont totalement biodégradables entre 6 mois (paille de blé) à 4/5 ans (coco ou esparto), d’autres sont permanentes et totalement synthétiques ou associant des grilles (renforts) synthétiques et un remplissage en fibres de coco (fibres végétales) ou les géomats avec remplissage en fibres synthétiques.


L’impact des gouttes d’eau, le ruissellement, le courant, déstabilisent les particules de sol et créent l’érosion superficielle qui dégénère alors en dégâts plus importants et difficiles à corriger. Pour dissiper l’énergie de cette eau et renforcer l’enracinement des végétaux qui participent à moyen terme à la stabilité des talus et des berges, nous vous proposons toute une gamme de paillis ou de structures tridimensionnelles intégrant des fibres.