accueil
La performance technique au coeur de l'équilibre écologique
Revue de Presse
    ATS
    n°175 - Octobre 2016

    Horticulture et Paysage

    Noues végétalisées : palier l’imperméabilisation des sols
    ATS
    Hors-Série - Juillet 2016

    CHANTIERS DE FRANCE

    AquaTerra Solutions : Géo-alvéoles XXL
    ATS
    n°5869 Mai 2016

    Le moniteur

    Fagots de fibres épuratoires
    ATS
    n°389 Mai 2016

    Paysage actualité

    Fascines en fibres de bois
    ATS
    n°5 - Avril 2016

    SolScope Mag

    Confinement des terres et granulats par géoalvéoles
    ATS
    n°40 - Avril 2016

    Egis contact

    Le parc du Heyritz, nouveau poumon vert de Strasbourg
    ATS
    n°170 –Mars 2016

    Horticulture et Paysage

    Géoalvéoles, la seconde peau des sols
    ATS
    n°118 - Mars 2016

    Matériel & Paysage

    Génie écologique et végétal
    ATS
    n°70 - Mars 2016

    Profession Paysagiste

    Géoalvéoles, la seconde peau des sols
    ATS
    n°69 - Fev 2016

    Profession Paysagiste

    Gabions : structurez le jardin en un temps record
guide
Hélophytes, plantes palustres

Hélophytes, plantes palustres

C4 HELOPHYTES, PLANTES PALUSTRES C4.1 Les hélophytes : les pieds dans l’eau, la tête au soleil.
Les hélophytes sont des plantes semi-aquatiques dont l'appareil végétatif et reproducteur est totalement aérien et dont les racines ou rhizomes se développent dans la vase ou dans une terre gorgée d'eau. De tels végétaux prospèrent dans les zones humides. Etymologiquement, le terme « hélophyte » tient son origine du grec « helos » qui signifie marais et « phyton » qui signifie plante. Littéralement, hélophyte signifie donc plante de marais. On parle aussi de plantes palustres. Toutes les plantes de marécage ont besoin de la présence de l’eau, elles font la transition entre l’eau et la terre ferme en gardant les pieds dans l’eau mais en développant leurs tiges et leurs fleurs hors de l’eau. Suivant les sujets, les racines ont besoin de plus ou moins de profondeur d’eau. Certaines sont des plantes de berge car elles supportent de rester un certain temps, dans une terre marécageuse humide, d’autres supportent l’enracinement sous l’eau jusqu'à des profondeurs de 80 cm. Pour les aménagements de génie végétal et les travaux de bio-ingénierie, certaines espèces sont privilégiées en fonction de la région, des conditions hydrauliques, de l’ensoleillement, de leur développement, de l’esthétique recherchée et des conditions pédo-climatiques du site d’implantation. C4.2 Utilisation des hélophytes en techniques végétales Les techniques végétales efficaces font très souvent appel à ce type de végétation que sont les hélophytes et plantes palustres. Chacune des espèces qui composent cet ensemble est choisi pour des caractéristiques qui lui sont propres. Ce sont ces capacités qui permettent à une espèce d’occuper une certaine niche écologique en fonction des adaptations et des possibilités d’acclimatation qu’elle possède. Il est important de souligner que les hélophytes, plantes herbacées correspondent, contrairement aux saules, à la première strate d’une succession écologique favorisant le développement de cette succession écologique. Trois typologies d’hélophytes peuvent être distinguées :

Les hélophytes : les pieds dans l’eau, la tête au soleil.

Les hélophytes sont des plantes semi-aquatiques dont l'appareil végétatif et reproducteur est totalement aérien et dont les racines ou rhizomes se développent dans la vase ou dans une terre gorgée d'eau. De tels végétaux prospèrent dans les zones humides. Etymologiquement, le terme « hélophyte » tient son origine du grec « helos » qui signifie marais et « phyton » qui signifie plante. Littéralement, hélophyte signifie donc plante de marais. On parle aussi de plantes palustres.

Toutes les plantes de marécage ont besoin de la présence de l’eau, elles font la transition entre l’eau et la terre ferme en gardant les pieds dans l’eau mais en développant leurs tiges et leurs fleurs hors de l’eau. Suivant les sujets, les racines ont besoin de plus ou moins de profondeur d’eau. Certaines sont des plantes de berge car elles supportent de rester un certain temps, dans une terre marécageuse humide, d’autres supportent l’enracinement sous l’eau jusqu'à des profondeurs de 80 cm.

Pour les aménagements de génie végétal et les travaux de bio-ingénierie, certaines espèces sont privilégiées en fonction de la région, des conditions hydrauliques, de l’ensoleillement, de leur développement, de l’esthétique recherchée et des conditions pédo-climatiques du site d’implantation.

Lire les chapitres :

1. Utilisation des hélophytes en techniques végétales

2. Les principales plantes hélophytes utilisées

3. Caractéristiques des hélophytes

4. Contexte et choix des espèces

5. Les facteurs fondamentaux conditionnant la création d’un peuplement d’hélophytes

6. Résistance à la submersion et à la sécheresse